BUS VIBERTI Monoral  » Le Dauphin d’Or  » (1955) Turin, Italie
Virginie Maneval

Share Button


VIBERTI MONORAL GOLDEN DOLPHIN 


Dans les années 1950 la société italienne « Viberti » a présenté un bus unique, « Golden Dolphin, où non seulement des solutions avancées dans le domaine de l’aérodynamique, mais aussi la centrale d’origine – tel qu’il est utilisé par le moteur à turbine à gaz de 400 ch, catapultant un bus avec des passagers jusqu’à une vitesse de 200 km / h !





Le Golden Dolphin était un véritable bus futuriste fabriqué en Italie par Viberti. Le bus a été conçu par l’ingénieur Ricciotti Tonon; un seul Bus a été fabriqué en 1955 et du coup est devenu un Concept ! L’intérieur était entièrement climatisé, ce qui était aussi une nouveauté ! (et avec ce vitrage presque une nécessité).




Le bus italien, dont le concept a été établi au tournant des années 1940 et 1950. Il avait 400 ch et a été en mesure d’accélérer à 200 km / h grâce à une turbine à gaz moderne placé entre les essieux. Il était équipé de ceintures de sécurité, sièges pivotants, ventilation, climatisation, boutons radio, des toilettes et un dressing – Il avait également roues indépendantes, freins à disque et hydromécanique.




Un Dauphin d’or! Or – car il a été peint en jaune d’or, et le dauphin – en raison de sa forme, et en effet ressemblant à un dauphin. L’autobus était même équipé d’un «aileron de queue», qui sert de stabilisateur de parcours. Une autre « astuce » de transport – une énorme, les fenêtres latérales de près de six mètres de long. En général, il a été conçu que les vitres latérales seraient complètement solides, 11,5 mètres de long, mais à la fin des années 1940 la technologie ne permettait pas de fabriquer des vitrages de plus de 6 mètres de long. En général, lors de la fabrication de l’affaire du « dauphin d’or », Un bus a été plastifié appliqué. En outre, à l’arrière de l’habitacle zone de service situé avec une toilette et une cuisine, et les passagers peuvent écouter la radio.

Malheureusement, ni l’allemand ni l’italien n’ont jamais vu la production en série … ces lignes, l’idée de conception, que nous admirons aujourd’hui, ont effrayé les consommateurs potentiels il y a un demi-siècle.

Les Ingénieurs du constructeur de bus Viberti de Turin ont estimé que la meilleure solution au manque de transport de masse à grande vitesse est un bus futuriste à turbine à gaz capable de rouler à 125 miles / h. (200 km/h).














+ Bonus +


 Le Bus U55 Cityrama (1950)


La conception à deux étages du carrossier français Currus était entourée de vitres incurvées pour obtenir les meilleures vues sur les sites parisiens. Le toit en verre sur le pont supérieur était amovible pour les jours ensoleillés afin d’éviter la surchauffe et compte tenu de la façon dont les gens fumaient partout et à l’époque, c’était probablement une caractéristique très appréciée.

Les Cityramas ont été construits sur un châssis de modèle Citroën U55 très basique mais Currus a « pimpé » cette course dans le futur !

Chaque siège avait son propre guide vocal de Paris disponible en huit langues différentes. Les chauffeurs de bus étaient très fiers de conduire leurs autocars de tourisme d’un autre monde et l’U55 Cityrama Currus est devenue une icône de l’automobile de l’époque, apparaissant dans plusieurs films.

Le très confortable autobus Citroen U55 Cityrama Currus a promené des milliers de touristes dans Paris à partir de 1950 jusqu’au début des années 1980. Le toit en verre panoramique de la plate-forme supérieure pouvait être démonté pour une utilisation en plein air les mois d’été.

On peut apercevoir l’engin hyper futuriste dans plusieurs films (Zazie dans le métro) et il existerait une réplique en modèle réduit pour les enfants.



 




 

Share Button
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *